Les Doctoriales du Centre édition 2017

Les Doctoriales édition 2017 se sont tenues ce samedi 13 mai.

Les communications pourront être consultées prochainement dans le prochain numéro de Page 19 sur ce carnet.

Résumés des communications :

La Nouba des femmes du Mont Chenoua (1978) : Inventaire visuel de la domination coloniale chez Assia Djebar.
Communication présentée par Habiba CHABOU1

« Voici ton pays, ces montagnes, nous y avons été libres ». C’est par cette assertion patriotique et au rythme de la nouba2 que Lila retrouve son village après un long voyage. Assia Djebar éclaire son personnage, Lila, par la parole et le corps3.
La Nouba des femmes du Mont Chenoua (1978) est une oeuvre politique4. Il y a d’abord chez Assia Djebar l’idée de transmission à partir d’une expérience partagée dans le sillage du cinéma-vécu. Ainsi, la grand-mère raconte à sa petite-fille l’histoire de Lala Allala qui fut témoin de la révolte de Beni Menacer ainsi que le récit des martyrs Berkani lors de l’insurrection de 1971 en précisant que : « Celui qui milite pour l’insurrection, vit bienheureux ». Ainsi, ceux qui ont la mémoire racontent pour garder la trace de l’histoire nationale. Ici, le documentaire accélère et/ou catalyse des souvenirs chez la réalisatrice. La mémoire individuelle rejoint ainsi la mémoire collective. Le film correspond à un horizon d’attente tout autant qu’il répond à un devoir de mémoire. La Nouba des femmes du Mont Chenoua est dédié à Yamina Oudaï, dite Zoulikha, qui serait la mère de Lila et qui en 1955 et 1956 coordonna la résistance nationale dans région de Cherchell puis arrêtée au maquis à quarante ans avant d’être portée disparue. De même, il est dédié au musicien nationaliste magyar Bela Bartok tout autant qu’il est fait d’emprunts philosophiques et cinématographiques. L’oeuvre d’Assia Djebar, comme source historique, est donc construite sur une visibilisation du pouvoir colonial en action.
Cette présentation vise à comprendre l’expérience de la domination coloniale à travers des sons et des images, tout à la fois constructrices et destructrices d’un imaginaire commun et d’une mémoire collective ; à comprendre l’intention de la réalisatrice selon une approche pragmatique ; à voir le film comme une représentation selon une grille d’analyse culturelle : le contexte de création du film (le nationalisme arabe et le cinéma militant européen) et les intentions de la réalisatrice (connaître et faire connaître la guerre de libération nationale et la culture européenne) ; sa diffusion (appropriation, imposition et enracinement) ; sa réception (modification des opinions et des imaginaires).

1 Habiba CHABOU, doctorante à Paris I-Panthéon-Sorbonne, prépare une thèse d’histoire sous la direction de Myriam Tsikounas sur La guerre de libération nationale dans les films algériens : construction d’une histoire et d’une mémoire coloniales (1963-2014).
2 La nouba veut dire une musique arabo-andalouse. La « Nouba des femmes » désigne ici l’histoire quotidienne des femmes qui parlent « à leur tour ».
3 MAUSS Marcel, « Les techniques du corps », Le Journal de Psychologie, vol. XXXII, n° 3-4, 15 mars-15 avril 1935.
4 BHABHA Homi K., Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, Paris, Payot, 2007.

Quand les acteurs de la réforme universitaire « croisent le fer » dans les journaux ; l’exemple de la période 1968-1984.
Communication présentée par Arnaud DESVIGNES

Cette communication aurait pour ambition de mettre en valeur l’intérêt de prendre en compte la presse écrite dans le cadre d’une étude des réformes universitaires en France, en prenant l’exemple de la période 1968-1984. Durant cette tranche chronologique, sont votées quatre lois importantes destinées à réformer les universités françaises : la loi Faure du 12 novembre 1968, la loi sur le quorum du 4 juillet 1975, la loi Sauvage du 21 juillet 1980 abrogée par la loi du 9 novembre 1981, et la loi Savary du 26 janvier 1984. Or, durant toute la période, la presse écrite sert de tribune aux universitaires (un bon exemple est offert par Raymond Aron qui a condamné la loi Faure comme la loi Savary), aux hommes politiques (Edgar Faure et Alain Savary pour ne citer que deux exemples), aux représentants syndicaux, aux journalistes (qui ont été chargés de rédiger des articles sur le sujet, comme Serge Bolloch, ou Bertrand Girod de l’Ain professeur et journaliste) qui présentent leur vision des réformes passées et/ou des réformes à venir. Notre contribution serait destinée, en premier lieu, à souligner l’intérêt que présente l’étude de la presse écrite dans la mesure où elle permet de combler les lacunes des archives émanant du ministère, du rectorat et des universités. Nous soulignerions, au passage, le changement majeur que constitue le logicielEuropress pour l’historien qui peut rapidement accéder, en opérant une recherche par thématiques, à des journaux différents, depuis son ordinateur. On pourrait ensuite présenter les différentes catégories d’acteurs qui s’expriment dans la presse, ainsi que leurs positions, sur les questions de la participation, de la sélection à l’entrée de l’université, de savoir s’il faut généraliser ou non le système des diplômes d’université, ou encore du rapprochement entre universités et Grandes Écoles. Enfin, nous rendrions compte de dénonciations du traitement partial, par la presse, de l’information, dénonciations émanant notamment du syndicat autonome, occasion de réfléchir aux limites que présente l’utilisation de ce type de source par l’historien.

Arnaud Desvignes Enseignant au collège-lycée Stanislas à Paris. Docteur Paris-Sorbonne Thèse soutenue le 9 décembre 2016 : Vers l’autonomie des universités en France. Les acteurs universitaires, politiques et syndicaux face à la réforme (1968-1984). Direction Jean-Noël Luc et Emmanuelle Picard. Centre d’histoire du XIXe siècle.

L’Union sociale : faire campagne pour les conservateurs par la presse pour les élections de mai 1849.
Communication présentée par Léo DUMONT

Dans le cadre de ma thèse consacrée à la construction de la figure politique du combattant de l’ordre entre les Journées de juin 1848 et les premières années du Second Empire, je travaille sur les publications des notables conservateurs destinées aux électeurs populaires dans le but d’influer sur leurs opinions politiques en vue des élections législatives de mai 1849. Parmi ces écrits figure un périodique éphémère publié chaque semaine entre le 15 avril et le 7 juillet 1849. Intitulé L’Union sociale propagande antisocialiste1 cet hebdomadaire vendu 10 centimes le numéro est publié par les éditeurs Alexandre Paulin et Armand Lechevalier. Ces deux hommes sont connus pour leur capacité d’innovation en matière d’édition, en particulier Paulin qui en lançant l’Illustration en 1843 popularise une nouvelle forme de publication à la croisée entre le livre, l’image et la presse quotidienne. C’est précisément sur ce modèle que sont conçus les 13 numéros de l’Union sociale dans lesquels on retrouve à la fois des extraits de brochures politiques publiés pendant l’année 1849, des illustrations et des articles de presse en lien avec l’actualité ou des questions sociales et économiques. Le sous-titre propagande antisocialiste et les relations politiques qu’entretient Paulin avec un certain nombre de conservateurs du parti de l’ordre, permet sans ambiguïté de rattacher la ligne éditoriale de ces contenus à la campagne électorale pour les candidats de la rue de Poitiers.
Ces différents points font de de l’Union sociale une source médiatique qui peut être questionnée à travers deux axes principaux : l’analyse du contenu d’abord, dont les natures plurielles constituent un enjeu méthodologique pour appréhender efficacement le sens final véhiculé, mais aussi la question de la réception du périodique dont la diffusion importante ne manque pas de poser le problème. À quels publics étaient destinés ces numéros et comment ceux-ci pouvaient-ils appréhender de façon différenciée les idées y figurant dans le contexte de politisation intense de l’année 1849 ?

1. L’Union sociale propagande antisocialiste, revue populaire illustrée, Paris, Paulin et Lechevalier, avril 1849-juillet
1849, cote BNF LC2-2030.

Les archives radiophoniques comme source pour l’historiographie ? Le cas des émissions d’histoire de la radio française (1951-2014).
Communication présentée par Céline LORIOU

Les archives radiophoniques comme source pour l’historiographie ? Le cas des émissions d’histoire de la radio française (1951-2014). Dans cette communication, nous proposons d’étudier la radio comme témoin des transformations de la discipline historique et témoin du goût des Français pour l’histoire, en nous appuyant sur les archives radiophoniques d’émissions d’histoire. Si les rapports entre histoire et cinéma, histoire et roman, ou encore histoire et télévision ont déjà été étudiés, les historiens ne se sont pas encore penchés sur les liens entre la radio et leur discipline. Et pourtant, il existe des émissions spécifiquement dédiées à l’histoire sur les ondes françaises depuis 1951, faisant appel à des dispositifs et des genres variés comme l’évocation scénarisée, l’entretien, le montage d’archives ou encore le documentaire. Qui plus est, ces émissions ont pour la plupart été bien conservées avant même la mise en place du dépôt légal de l’audiovisuel en 1992, ce qui offre au chercheur un vaste corpus de sources : pour l’appréhender, il est indispensable de mettre au point des méthodes d’échantillonnage, d’écoute et de travail sur les conditions de programmation et le contenu de ces émissions.
Après avoir présenté cette méthodologie, nous montrerons que ces émissions nous permettent de suivre les évolutions que connaît la discipline historique tout au long de la seconde moitié du XXᵉ siècle et du début du XXIᵉ siècle : l’apparition de nouveaux champs de recherche (histoire des femmes, histoire des sensibilités, histoire connectée, etc.) ainsi que le souci grandissant de questionner le travail des historiens, leurs sources et leurs méthodes plutôt que de proposer un récit historique linéaire. Mais il faudra tout de même souligner qu’une partie de ces émissions radiophoniques restent imperméables aux évolutions historiographiques pour préférer une histoire plus proche de l’histoire-bataille, de l’histoire des grands hommes ou de la « petite histoire » chère à G. Lenotre avec le souci premier de divertir les auditeurs en leur offrant un récit plaisant et une plongée dans un passé attrayant. Car l’étude de ces programmes radiophoniques ne peut se faire sans prendre en compte la demande sociale à laquelle ils répondent, en témoigne la particulière longévité de trois de ces émissions, diffusées pendant plus de quarante ans sur la radio de service public. Ainsi, qu’ils abordent l’histoire de manière savante ou plus anecdotique, ces programmes ont en commun de satisfaire le goût et la curiosité des auditeurs pour l’histoire, et de contribuer à faire sortir la discipline du seul milieu scolaire pour l’ancrer dans les pratiques culturelles des Français.

Être sapeur-pompier à Paris au XIXe siècle : naissance et affirmation d’une profession (années 1800-années 1900).
Communication présentée par Jacques BURY

L’historiographie récente de l’histoire des forces de l’ordre fait la part belle aux réflexions sur la professionnalisation, tant pour les « métiers de police » en Europe aux XVIIIe-XXe siècles (J.-M. Berlière, C. Denys, D. Kalifa, V. Milliot) que pour le « métier de gendarme » (A. Houte). Cependant, à la différence des pompiers de province (H. Lussier, C. Sillans), les sapeurs-pompiers de Paris (SPP) n’ont fait l’objet d’aucune thèse. Or, le XIXe siècle marque un temps particulier dans l’histoire de la lutte et de la prévention contre l’incendie dans la capitale où un corps de militaires spécialisés est créé par décret impérial en 1811. Notre étude se fonderait sur une sélection d’archives du corps (registres d’ordre, statistiques), de rapports, correspondances et textes réglementaires conservés aux AN et aux Archives de la Préfecture de police de Paris, ainsi que de sources imprimées (manuels d’instruction, traités, articles de presse).
« Faire profession » de sapeur-pompier à Paris induit le fait de posséder des savoirs sur la ville. Cette profession trouve son origine dans la prévention et la lutte contre un fléau urbain : véritable ennemi, le risque incendie nécessite une réponse adaptée, qui donne naissance à une instruction triplement spécifique au point de vue théorique, technique et physique. Ces impératifs conditionnent le profil des militaires recrutés. Ces pompiers évoluent dans un contexte spatial, social, politique et technologique en pleine mutation au XIXe siècle. Située à la croisée de l’exercice du pouvoir politique et des interactions quotidiennes avec les populations, la profession évolue : d’agents de l’ordre et de la préservation des propriétés, les SPP deviennent aussi des spécialistes du secours aux personnes, tandis que les comparaisons avec des institutions étrangères amènent le corps des SPP à se présenter comme un modèle. Car dans le même temps, la profession voit l’émergence précoce d’une culture de(s) corps, dont les contours et le contenu évoluent, mais dont la matrice repose sur une culture de l’élitisme constamment redéfinie et sur des vertus disciplinaires, martiales et viriles. L’étude des représentations, à la fois symboliques et performatives, permet de souligner leur importance au sein de la profession, tandis que l’étude des pratiques de terrain fait apparaître des écarts par rapport à ce discours normatif.

Les imprésarios, construction transnationale d’une profession.
Communication présentée par Lætitia CORBIERE

Au XIXe, la généralisation du concert payant, la professionalisation des musiciens et le développement des tournées entraînent la redéfinition du « monde de l’art »1 musical. Celle-ci passe notamment par l’apparition d’intermédiaires professionnels : qu’ils se nomment imprésarios, agents ou directeurs de concerts, tous assurent l’organisation des concerts et, plus largement, des tournées, prenant en charge les aspects logistiques, matériels et parfois esthétiques de ces manifestations artistiques. Si la commercialisation du concert a rendu nécessaire l’intermédiaire professionnel, elle ne suffit pas à rendre compte des spécificités des formes de l’intermédiation élaborées durant la seconde moitié du siècle. En effet, l’histoire des imprésarios s’inscrit aussi dans celle des migrations et des circulations transnationales.
Cette présentation cherche à montrer comment des hommes, débarqués à New York durant les grandes vagues migratoires de 1840, ont fondé les bases d’une profession en adaptant leurs savoir-faire européens au contexte américain. Elle se poursuit par l’analyse des réseaux transnationaux par lesquels les méthodes américaines ont pu être importées en Europe et ajustées à ce territoire déjà pourvu de traditions et de structures musicales propres. De fait, les formes de l’imprésarisme en Europe tendent à se différencier de leurs inspirations américaines par une recherche accrue de légitimité artistique et sociale, recherche qui passe par la mise en oeuvre d’un processus de professionalisation2. Pourtant, l’hétérogénéité des normes juridiques (américaines et européennes dans les cas qui nous intéresseront) impose aux imprésarios une souplesse souvent contradictoire avec la fixité des cadres professionnels nationaux.
Il apparaît ainsi que les circulations musicales ont non seulement contribué à la diffusion d’un modèle d’exploitation du concert, mais aussi à l’élaboration relative d’une profession dont les formes découlent d’une interaction à deux échelles : les concurrences et les collaborations internationales d’une part, l’insertion dans un milieu social et national donné d’autre part.

Chanteur de genre. Genre artistique et identité professionnelle des artistes lyriques au café-concert (1880-1914).
Communication présentée par Marie GOUPIL-LUCAS-FONTAINE

La profession de chanteur de café-concert demeure relativement méconnue malgré les travaux consacrés à l’histoire du café-concert. Ce divertissement, qui prend son essor sous le Second Empire, s’affirme très tôt comme une véritable industrie culturelle, dont les artistes constituent les rouages essentiels. Quelques vedettes seulement émergent d’une masse d’artistes, dont on ne discerne guère les contours et auxquels n’est pas reconnu un véritable statut professionnel, équivalent à celui des chanteurs d’opéra ou des acteurs dramatiques.
Main d’oeuvre méprisée et souvent misérable, les artistes de café-concert ont généralement laissé peu de traces de leur existence professionnelle. Dans les années 1880, certains auteurs et critiques de spectacle comme André Ibels1 alertent l’opinion sur les dérives des établissements qui exploitent des interprètes, dont le statut demeure flou. Ceux-ci prennent ainsi conscience de la nécessité d’organiser la défense et la prévoyance de leurs intérêts, à travers la mise en place d’organismes comme la Société de Secours Mutuels des Artistes Lyriques (SSMAL) créée en 1881. En même temps, cela leur permet de faire reconnaître leur statut d’artistes lyriques au même titre que les interprètes de genres artistiques dramatiques et lyriques savants. Néanmoins, la diversité des genres présents au café-concert rend l’étude de leurs interprètes plus complexe qu’il n’y paraît.
L’objet de cette communication est d’apporter une réflexion sur la perception que ces artistes ont d’eux-mêmes et de leur profession dans sa singularité et sa diversité. Ainsi, les registres de la SSMAL, dans lesquels est inscrit, par les sociétaires eux-mêmes, l’ « emploi » qu’ils occupent, montrent une grande hétérogénéité de la profession. « Artistes lyriques », c’est cependant d’abord le genre artistique qu’ils pratiquent sur scène qu’ils mettent en avant : comique, diseur, tyrolien, excentrique, gommeux, ingénu, idiot, etc. Il s’agira ainsi de comprendre la manière dont les chanteurs affirment eux-mêmes leur identité professionnelle, alors que l’étude de ces artistes s’est faite jusque ici principalement à travers un regard extérieur, notamment celui de la critique.

1 André Ibels. La Traite des chanteuses (moeurs de province), beuglants et bouisbouis, le prolétariat de l’art ou de l’amour, Paris, F.Juven, 1906.

Faire profession des armes ? L’échec de la professionnalisation dans les rangs de l’armée française à la fin du XIXe siècle.
Communication présentée par Mathieu MARLY

L’armée occupe sans doute une position paradoxale dans le processus de professionnalisation qui touche la fonction publique en France au XIXe siècle. Elle se situe en effet à l’avant-garde de ce mouvement en accordant en 1834 des garanties juridiques aux officiers, parachevant un ensemble de caractéristiques propres à la professionnalisation de la carrière des armes : formation spécifique (écoles, concours et examens), règles légales d’avancement et de recrutement, protection juridique contre toute forme d’arbitraire des supérieurs et manifestation institutionnalisée d’un esprit de corps (presse officielle, annuaires, cercles). Or, à partir de 1872, l’instauration du service militaire obligatoire contraint l’institution à recruter un nombre croissant de sous-officiers pour lesquels les possibilités de professionnalisation sont rapidement étouffées. L’extension aux sous-officiers des garanties offertes aux officiers est alors jugée impossible, alors même que celles-ci gagnaient progressivement plusieurs secteurs de la petite fonction publique.
Nous proposons ici de comprendre les raisons de cet échec en analysant la professionnalisation comme un processus dynamique soumis aux rapports de force entre groupes sociaux au sein de l’institution militaire. Ce rapport de force est en effet dominé par le corporatisme des officiers qui refusent de voir leurs « auxiliaires » leur échapper et s’opposent pour cette raison à toute tentative de formation externe au régiment, aux règles légales d’avancement et à toute atteinte à leur emprise sur la trajectoire professionnelle de leurs subordonnés. Les revendications professionnelles des sous-officiers s’orientent alors vers la reconnaissance de leurs droits à l’obtention d’un emploi réservé dans la petite fonction publique, animées par une presse professionnelle et des formes de « proto-syndicalisme » militaire particulièrement marquées dans les années 1900. Mais ces tentatives ambiguës de « professionnalisation par le bas » se heurtent au discours dominant d’une institution qui pose l’obéissance absolue au supérieur comme une composante essentielle du métier militaire. Cette soumission au corporatisme des officiers, en étouffant les possibilités ouvertes à la professionnalisation, renforce le malaise des sous-officiers qui peinent alors à « faire profession ».

Construction professionnelle et interactions sociales : le cas des préfets et sous-préfets
lorrains au XIXe siècle (1800-1870).
Communication présentée par François-Xavier MARTISCHANG

Traditionnellement, l’historiographie a envisagé le processus de professionnalisation des préfets et des sous-préfets au XIXe siècle sous deux angles complémentaires : l’acquisition d’une formation initiale de plus en plus spécialisée et la mise en place progressive d’une carrière spécifique d’une part, et l’amélioration des compétences administratives et juridiques des administrateurs d’autre part. En proposant de considérer
l’exercice du métier de préfet et de sous-préfet comme un rôle, Pierre Karila-Cohen indique une autre voie pour comprendre la professionnalisation des préfets et des sous-préfets au XIXe siècle : devenir préfet supposait non seulement d’acquérir les compétences nécessaires au bon exercice du métier, mais aussi d’être en mesure d’endosser un rôle social déterminé. Or si l’on connaît désormais bien les outils qui permettaient à ces fonctionnaires de connaître les attentes du rôle qu’ils étaient appelés à jouer, ce n’est pas le cas des interactions effectives avec la population, en dépit de leur importance majeure en ce domaine. Cette communication se propose donc de mieux comprendre ce que signifiait « faire profession » de préfet au XIXe siècle en explorant les relations qu’entretenaient les administrateurs avec la population, à partir d’études de cas précises et contextualisées prises au sein des quatre départements lorrains (Meurthe, Meuse, Moselle, Vosges). L’analyse des sources relatives aux pratiques préfectorales – correspondance administrative, dossiers de carrière, articles de presse, mémoires, discours, affiches – mais aussi des documents qui concernent les contestations dont les administrateurs étaient l’objet, permet en effet de mettre en évidence les outils auxquels les préfets et sous-préfets recourraient pour s’imposer auprès de leurs administrés, les modalités d’apprentissage des savoir-faire mobilisés, la manière dont leur utilisation évoluait, notamment en fonction des attentes et des besoins supposés des administrés, ou encore les contraintes définies par l’Etat auxquelles les administrateurs étaient
soumis, ainsi que les remises en cause dont ils étaient l’objet. Ce faisant, l’étude espère apporter de nouveaux éclairages concernant l’identité professionnelle des préfets et sous-préfets, la vision qu’ils avaient de leur rôle, ainsi que celle qu’en avaient leurs administrés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *