Rencontre-Débat, « L’intelligence de la pauvreté

Les informations sur sur :

Présentation du dossier, par Marie Chessel, directrice de recherches au CNRS :

« Je fais la pauvre. Il faut mendier. Je suis habituée à demander. Je suis débrouillarde, c’est dans ma nature. J’ai trois frigos remplis. Et je sais dilater la moindre pièce d’argent, pour acheter beaucoup de choses avec peu ». Ainsi s’exprime Teresa dans une cité de Buenos Aires des années 2000. En 1914, Mme Duteil écrit au Préfet de la Seine pour récupérer gratuitement le pantalon et la jaquette de son mari déposés au Mont de Piété : ces vêtements du dimanche sont présentés comme des objets nécessaires contre le froid qui permettront aussi de se rendre à des funérailles. Ces deux exemples illustrent une certaine « intelligence de la pauvreté » : la manière dont des personnes disposant de peu d’argent arrivent à se débrouiller en jouant avec les représentations. Leurs pratiques diffèrent de l’image des « pauvres » véhiculée par les philanthropes, des patrons d’entreprise ou des catholiques sociaux qui proposent une autre « intelligence de la pauvreté », qui passe par différents outils. Les images de propagande, les écoles ménagères, les Annuaires de fournisseurs catholiques, les banques populaires ou les coopératives sont autant de moyens mis en place pour réformer des pratiques jugées peu rationnelles.

Le contraste entre des initiatives réformatrices et des pratiques quotidiennes est l’un des apports du numéro 164 de la revue Les Etudes sociales consacré à « l’intelligence de la pauvreté ». Les grand-mères argentines ou les ouvrières de 1900 font mentir  ceux qui pensent que les femmes gèrent mal les budgets des familles. Mais le numéro montre aussi l’articulation entre les pratiques de débrouille et les offres diverses d’assistance.

Ce dossier, qui articule des travaux en histoire et en sociologie sur la protection sociale et le crédit, contribue à l’histoire des enquêtes sur les budgets. Il permet de comparer des monographies leplaysiennes, des enquêtes fabriquées par les mines d’Anzin, par des philanthropes de Metz ou des réformateurs sociologues roumains. Ces enquêtes comprennent des dimensions normatives concernant la gestion de l’argent – qu’étudient par exemple les sociologues Ana Perrin-Hérédia ou Jeanne Lazarus. Elles nous donnent aussi à voir un quotidien à la fois difficile et intelligent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *