Le retour de l’âge d’or du reportage ? [Rencontre] – Reportage, état des lieux 11 décembre à 19h00 à la BPI

Les reporters ont coutume de dire que leur travail commence dès qu’ils sortent de chez eux, contrairement à celui de l’enquêteur. Existe-t-il d’autres spécificités ?

Le temps long le caractérise, ainsi que le témoignage de première main. Le reporter prend le temps de l’observation, de l’écoute et de la narration. De nouveaux médias s’emparent de cette temporalité, notamment via le format du feuilleton. Assiste-t-on pour autant à un nouvel âge d’or du reportage ?

Des modèles économiques innovants y sont associés, dans le contexte d’une presse en difficulté qui cherche à se renouveler. S’agit-il de modes éditoriales ou de modèles pérennes ?

Rencontre avec :

Avec

Dominique Kalifa, professeur Université Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Judith Perrignon, journaliste à M le magazine du Monde et XXI – Vingt et Un
Patrick de Saint-Exupéry, rédacteur-en-chef XXI – Vingt et Un

Animée par :
Raphaël Garrigos, cofondateur de Les Jours

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Centre Pompidou
Petite Salle
Niveau -1
Entrée principale, rue Saint-Martin (Piazza)
75004 Paris

Plus d’infos sur notre site :
http://www.bpi.fr/agenda/le-retour-de-lage-dor-du-reportage

Prochaine séance du Ciné-Club du Centre d’Histoire du XIXe siècle

Confident Royal de Stephen Frears, mardi 5 décembre à 20h00, au Champo
Invité : Philippe Chassaigne, professeur à l’université Michel de Montaigne de Bordeaux, auteur du livre Victoria, reine d’Angleterre, Paris, Gallimard, 2017.
La rencontre sera suivie d’une séance de dédicace.
 
Soirée présentée par Corinne DORIA, chercheure associée au Centre d’histoire du XIXe siècle
 
Vite réservez sur : http://bit.ly/1sPp4wC
Tarif préférentiel 7 euros (nombre limité à 30 places)

LE MUSEE CARNAVALET HORS LES MURS GOUVERNER AVEC LA PEUR : LA TERREUR (1793-1794) GALERIE SOUFFLOT DE L’UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON-SORBONNE DU 4 DECEMBRE 2017 AU 13 JANVIER 2018

Cette exposition a été réalisée par des étudiant-e-s d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en partenariat avec le musée Carnavalet – Histoire de Paris et la Parisienne de Photographie. Elle a été soutenue par la présidence de l’Université, organisée et financée par l’UFR d’Histoire, le Centre d’histoire du XIXème siècle et le musée Carnavalet – Histoire de Paris / Paris Musées.

Période de l’histoire de France souvent chargée de stéréotypes, la Terreur fait ici l’objet d’une exposition proposant une lecture originale. La complexité de l’usage de la peur et des affects peut trouver un écho dans notre société contemporaine. Quel est le rôle joué par les affects et plus particulièrement par les peurs dans le gouvernement des sociétés ?
Le contenu développé par les étudiant-e-s en histoire est illustré tout au long de l’exposition par des peintures, gravures, dessins du musée Carnavalet-Histoire de Paris, qui détient la plus grande collection au monde consacrée à la Révolution française.

« Gouverner avec la Peur » se déroule autour de trois axes ; le premier, « La Révolution et la peur », montre comment la crise ouverte en 1789 réveille à la fois des peurs anciennes et en fait surgir de nouvelles. Le second aborde la politique de salut public menée à cette période par le tout jeune régime né à l’automne 1792 et le dernier met en lumière l’invention d’une légende noire promise à un long avenir : « La Terreur », moment de crise révolutionnaire dont Robespierre aurait été le maître d’oeuvre.

Cette exposition s’inscrit dans un projet pédagogique appliqué à la médiation et favorisant les partenariats pluridisciplinaires. Les étudiant-e-s montent eux-mêmes des projets collectifs, dans lesquels ils peuvent valoriser leur spécialisation en Histoire tout en travaillant sur des compétences techniques ou artistiques en lien avec des institutions culturelles reconnues. Les étudiant-e-s sont ainsi appelés à relier leurs savoirs de spécialistes avec une histoire publique ou partagée, résolument ouverte sur le monde.

Un site Internet dédié et spécialement développé par les étudiant-e-s (https://www.gouvernerpeur.fr) viendra enrichir l’exposition avec des contenus inédits.
Après avoir été présentée à la galerie Soufflot de l’université Paris-1 Panthéon Sorbonne, l’exposition « Gouverner avec la Terreur » sera ensuite accueillie à la Conciergerie (île de la Cité) du 26 janvier au 14 février 2018. 

Commissariat général :
Jeanne-Laure Le Quang, doctorante en histoire moderne, et Guillaume Mazeau, maître de conférences en histoire moderne

Commissariat scientifique :
Sarah Akkari, Léa Alexandre, Yasmine Amiri, Mariam Baramidze,Prune Bonan, Lydia Chesnel, Clémence Coignard, Thibaud Combelles, Maxime Eelsen, Agathe Esnoux, Caroline Faure, Ludivine Fortier, Raphaëlle Golder, Illiassa Hazrat, Lucie Hercule, Sami Houmi, Dominik Ivancic, Léo Jarry, Sheila Kolani, Elsa Le Labourier, Lorène Legrand,Colline Liénard, Marie-Neige Linarès, Paoline Losego, Clémence Mahon, Margot Marie-Catherine, Oscar Marion, Esther Marques, Lucie Marras, Paul Maugis, Alice Ménager, Nathan Menasce, Salma Mochtari, Mathilde Philippot, Jean-Côme Piettre, Hugo Reategui, Achille Robert, Cécile Robinault, Aysu Saban, Florian Tabuteau, Thibault Telliez, Fatma Torkhani, étudiant-e-s de L3 d’histoire, cours d’Histoire de la Révolution française.

Pour en savoir plus : http://bit.ly/2jRtfIM

Prochaine séance du Ciné-Club du Centre d’Histoire du XIXe siècle, Lundi 13 novembre 2017, 20h30, au Champo avec Le Jeune Karl Marx de Raoul Peck

Invités : Pascal Bonitzer, scénariste et réalisateur et Vincent Robert, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Soirée présentée par Corinne DORIA, chercheure associée au Centre d’histoire du XIXe siècle

Vite réservez sur : http://bit.ly/1sPp4wC

A Re(voir) « Faits divers, l’histoire à la une », série documentaire d’Emmanuel Blanchard et Dominique Kalifa, le samedi après-midi sur Arte. Cette semaine « Abe Sada, un crime passionnel au Japon »

Au travers du décryptage d’un fait divers emblématique, cette collection documentaire revisite une page de notre histoire. Le 18 mai 1936, Abe Sada, ancienne geisha, tue son amant par « asphyxie érotique », puis lui tranche le sexe et inscrit son nom dans sa chair. Relayé jusqu’en Occident, ce meurtre véhicule l’image d’un Japon fantasmé, où l’on laisse libre cours à toutes les pulsions…

Le programme sur : http://bit.ly/2yBnFAa