Vient de paraître ! Jacques-Olivier Boudon (dir.), La Jeune République 1912 – à nos jours. Histoire et influence

 

Actes de la journée d’études organisée par l’Institut Marc Sangnier et le Centre d’histoire du XIXe siècle le 28 septembre 2012, Paris, Champion,Bibliothèque d’Études des Mondes Chrétiens N° 9, 2017. 1 vol., 348 p., broché, 15,5 × 23,5 cm.

ISBN 978-2-7453-3551-7.

Les informations sur : http://bit.ly/2sFkYra

Petit parti d’inspiration démocrate chrétienne, fondé par Marc Sangnier en 1912, la Jeune République partage le combat de Sangnier pour la paix, puis adhère au Front populaire en 1936 tandis que nombre de ses membres entraient en résistance pendant la Seconde Guerre mondiale. Il conserve ensuite une position originale, refusant de se fondre dans le MRP, adoptant un programme social avancé et prenant ses distances avec la construction européenne, accueillant alors des hommes comme Jacques Delors ou Anicet Lepors. Une majorité de la JR rejoint ensuite le PSU, le parti conservé devenant une sorte de club de réflexion, qui finit par se mettre en sommeil en 1985. Vingt documents et 205 notices biographiques complètent l’histoire de la JR.

Table des matières

Les auteurs

Introduction par Vincent Rogard

Les forces politiques en France en 1912, par Jean El Gammal

Les débuts de la Jeune République (1912-1924), par Gearóid Barry

La Jeune République : un parti de centre gauche (1932-1940), par Olivier Prat

Les « frères séparés » de la Démocratie Chrétienne : la Jeune République et le Parti Démocrate Populaire (1912-1940), par Jean-Claude Delbreil

Une figure militante de la Jeune République : Germaine Malaterre-Sellier, par Anne-Valérie Étendard

Jeunes Républicains en Résistance, par Jacques-Olivier Boudon

La Jeune République dans l’après-guerre (1944-1960). De la Libération à la Ve République, du MRP au PSU, par Jean-François Kesler

La Jeune République après le PSU face à la politisation des chrétiens de gauche (1960-1985), par Vincent Soulage

Dictionnaire des Jeunes Républicains, par Jacques-Olivier Boudon, avec la collaboration d’Anne-Valérie Étendard et Olivier Prat

Documents
Sources
Bibliographie
Index des noms de personnes
Table des matières

Vient de paraître ! Après Certeau : histoire, archives et psychanalyse, Sociétés & Représentations n°43, Édité par Philippe Artières

Au cours des décennies 1970 et 1980, Michel de Certeau a proposé d’introduire les théories psychanalytiques dans le travail de l’historien. De nombreux livres et articles ont salué l’originalité et la fécondité de son œuvre. Ce volume tente de penser, après ce moment « Certeau », la présence, aujourd’hui, de la psychanalyse dans les études historiques. Partant du constat que la psychanalyse ne constitue plus aujourd’hui la discipline miroir avec laquelle les sciences sociales ont longtemps dialogué, il est apparu nécessaire d’interroger cette distance, et de demander à une génération de chercheurs comment ils envisagent aujourd’hui cette relation. Au moment où se constituent les archives de la psychanalyse, alors que la figure de l’historien à la première personne domine, et tandis que les travaux sur les archives ne cessent – l’air de rien – de s’approprier un vocabulaire très largement analytique, reposer la question de ce voisinage a semblé utile pour mieux comprendre comment s’écrit l’histoire aujourd’hui. Selon des modalités d’écriture très diverses, les neuf contributeurs de ce dossier ont ainsi accepté de se livrer à un exercice singulier. Archéologues, archivistes, historiens du contemporain ont repris au sérieux cette question de la psychanalyse en posant noir sur blanc la manière dont elle travaille leurs recherches : ainsi est-elle tantôt objet, tantôt outil, mais elle apparaît parfois aussi comme l’enjeu central de la quête historienne.

Les informations sur : http://bit.ly/2rYjQkX

Vient de paraître ! Maurice Agulhon Aux carrefours de l’histoire vagabonde Édité par Christophe Charle, Jacqueline Lalouette, Paris, Publications de la Sorbonne, 2017

Les informations sur : http://bit.ly/2qyMUA4

Professeur d’histoire contemporaine à Aix-en-Provence puis à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et au Collège de France, Maurice Agulhon (1926-2014) est l’un des historiens majeurs du second XXe siècle. Il a non seulement renouvelé l’histoire de la France contemporaine dans une triple dimension politique, sociale et symbolique et a ouvert de nouvelles pistes aux historiographies d’autres pays, mais il a aussi établi des liens fructueux avec les études littéraires, la science politique et l’ethnologie. Un an après son décès, une journée d’étude, dont ce volume rassemble les contributions, a éclairé la multiplicité de ses apports à l’histoire comme discipline, à la fonction d’historien comme maître, à la vie intellectuelle française comme citoyen engagé dans son époque.

Ce portrait intellectuel, humain et politique n’entend pas se tourner seulement vers le passé. À l’heure où les grands combats que Maurice Agulhon a menés, pour la liberté et l’inventivité intellectuelles, la République et l’émancipation humaine, sont plus que jamais d’actualité, les contributions montrent comment il a su être un guide et un exemple pour l’avenir de l’histoire, de l’université et de la République, trois engagements indissociables dans sa vie et dans son œuvre.

Colloque international-Les acteurs européens du printemps des peuples (Paris- mai 2018)

Après le colloque du cent cinquantième anniversaire de 1848 organisé par la Société de 1848 et des révolutions du XIXe siècle qui a marqué un important jalon historiographique, il a paru important, vingt ans plus tard, de porter un nouveau regard sur cet événement majeur du XIXe s. :
–       en répondant d’abord au souhait maintes fois formulé par Maurice Agulhon d’en mieux connaître les acteurs, au moment précis où le Dictionnaire des dirigeants français de 1848 du Centre d’histoire du XIXe s. de Paris-Sorbonne et de Paris-Panthéon-Sorbonne publié sous son patronage constitue une nouvelle étape qui permet d’aller plus loin.
–       en élargissant ensuite la focale pour s’intéresser cette fois à l’ensemble du printemps des peuples.
Le Centre d’histoire du XIXe s., le LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), la Société de 1848 et des révolutions du XIXe s., le Comité d’histoire parlementaire et politique et le Centre interuniversitaire d’histoire culturelle de Padoue se sont associés pour organiser cet événement, parrainé par le Conseil d’État qui se déroulera à Paris, en mai 2018, et dont la question centrale sera : Qu’est-ce qu’être un acteur du printemps des peuples 1848 ? On pourra s’appuyer notamment ici sur la notion de protagoniste telle que définie par Haïm Burstin à propos de la Révolution française de 1789, tout en étant extrêmement attentif aux effets de positions dans l’espace géographique, linguistique et social.
Dans ce but, un appel international à contributions est lancé sur les huit thématiques qui suivent. Que l’approche soit spécifiquement historique ou pluri/interdisciplinaire, qu’elle utilise ou non la méthode prosopographique en totalité ou pour partie, les communications porteront sur un ou des groupes d’acteurs, non sur des individualités La circulation des acteurs, mais aussi celle des idées, sera prise en compte. La dimension coloniale sera prise en compte.

1-    Les nouveaux gouvernants et leurs entourages (ministres, cabinets, élites dirigeantes nationales,…)

2-    Les parlementaires (candidats, sociographie des élus y compris dans une dimension comparative diachronique et/ou synchronique, travail en bureau, en comité et en séance,…)

3-    Les acteurs à l’interface entre le national et le local (élus provinciaux, départementaux, municipaux, acteurs des périphéries, des zones enclavées d’une part ; de l’autre relais des autorités centrales, préfets, commissaires et sous-commissaires du gouvernement, magistrats, militaires à responsabilité territoriale, recteurs, enseignants,…

4-    Les passeurs de frontières : révolutionnaires, utopistes et proscrits (expériences de l’étranger, circulation des modèles, retours d’exil à l’occasion des révolutions, nouveaux exils, mouvements transnationaux de fraternité,…)

5-    Insurgés et forces de l’ordre : profils, modes d’action, représentations

6-    Les acteurs sociaux et genrés, les groupes de pression et leurs porte-parole, les mobilités induites (patrons, ouvriers, femmes, clubistes, colons, hommes et femmes d’œuvres,…)

7-    Médiateurs spirituels et culturels (gloires nationales et locales, prêtres de tout rang, francs-maçons, écrivains, publicistes, ingénieurs, agronomes,…)

8-    Les acteurs de 48 après 48 (parcours, image,…)

Une table ronde conclusive proposera de dresser les profils-types d’acteurs européens du printemps des peuples et s’efforcera de répondre à la question centrale du colloque.

Les propositions résumées en une page doivent être adressées à l’adresse électronique suivante crhxixe@univ-paris1.fr d’ici au 15 septembre 2017.

Les langues de communication seront le français et l’anglais.

Comité scientifique

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Sylvie Aprile (Paris-Nanterre), Fabrice Bensimon (Paris-Sorbonne), Francesco Bonini (Rome Lumsa), Jacques-Olivier Boudon (Paris-Sorbonne), Philippe Boutry (Paris-Panthéon-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Jean-Claude Caron (Blaise-Pascal Clermont-Ferrand), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Emmanuel Fureix (Paris-Est Créteil), Jean Garrigues (Orléans), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Raymond Huard (Paul-Valéry Montpellier III), Dominique Kalifa (Paris-Panthéon-Sorbonne), Axel Korner (UCL), Jacqueline Lalouette (Paris 13), Jean-Noël Luc (Paris-Sorbonne), Peter Mc Phee (Melbourne), John Merriman (Yale), Silvia Marton (Bucarest), Sylvain Milbach (Savoie Mont-Blanc), Natalie Petiteau (Avignon), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne), Carlotta Sorba (Padoue), Jonathan Sperber (Missouri)

Comité d’organisation

Eric Anceau (Paris-Sorbonne), Matthieu Bréjon de Lavergnée (Paris-Sorbonne), Pierre-Marie Delpu (Paris-Panthéon-Sorbonne), Delphine Diaz (Reims Champagne-Ardenne), Louis Hincker (Valenciennes), Arnaud Houte (Paris-Sorbonne), Vincent Robert (Paris-Panthéon-Sorbonne)

Aurélie Carrier, Le Grand Soir : Voyage dans l’imaginaire révolutionnaire et libertaire de la Belle Époque, Paris, Libertalia, 2017.

« Tous ces spoliés commencent à perdre patience et à s’acheminer vers la Révolution. Bientôt, peut-être, les ténèbres traversées de flammes du Grand Soir couvriront la terre. Puis viendra l’aube de joie et de fraternité. Et l’humanité nouvelle évoluera vers de splendides destins. » Adolphe Retté, Le Libertaire, 1899.

À la fin du XIXe siècle, l’attente du Grand Soir exprime l’espoir d’un bouleversement violent et radical de l’ordre social existant. Cette croyance millénariste en l’éclosion d’un monde régénéré grâce à la révolution sociale est caractéristique de la mythologie libertaire qui se forme alors. Une vision insurrectionnelle qui influencera les syndicalistes révolutionnaires.
Ce livre se propose d’étudier les représentations qui composent l’imaginaire du Grand Soir, et leurs interactions avec celui de la grève générale.
La puissance d’attraction et la capacité de retentissement du Grand Soir débordèrent les cercles libertaires pour pénétrer les masses populaires. Repérer l’influence d’une telle construction imaginaire sur les pratiques sociales permet de questionner l’espace des possibilités entre la réalité sociale et ses représentations, et la généalogie des utopies, disparues ou renaissantes.

Aurélie Carrier est titulaire d’un master 2 d’histoire contemporaine sous la direction de Dominique Kalifa et Sylvain Venayre soutenu en 2010 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et intitulé, Le grand soir aura t-il lieu ? : histoire d’un évènement annoncé : le 1er mai 1906 à Paris.

Pour en savoir plus :  http://www.editionslibertalia.com/catalogue/ceux-d-en-bas/aurelie-carrier-le-grand-soir

Vient de paraître ! HISTOIRE DES INTERNATIONALES EUROPE, XIXe-XXe s., Eric Anceau, Jacques-Olivier Boudon et Olivier Dard (dir.), Paris, Nouveau monde éditions, 2017

Sommaire
Introduction
par Eric Anceau
Une internationale libérale ? Les officiers napoléoniens en lutte contre les Restaurations européennes
par Walter Bruyère-Ostells
Une « internationale libérale » à l’épreuve de l’exil ? Exilés européens en France sous les monarchies censitaires
par Delphine Diaz

Le socialisme sans frontière. Les internationalisme ouvriers de 1864 à 1914
par Emmanuel Jousse
A la recherche des anarchistes internationaux
par Thomas Bausardo
L’internationale noire au XXe s. Entre fantasme et réalités
par Olivier Dard
A la recherche d’une internationale démocrate-chrétienne (1945-1965)
par Philippe Chenaux
Un rapprochement inattendu. Réseaux transnationaux, diplomatie privée et formation d’une « internationale des conservateurs » en Europe occidentale après 1945
par Johannes Großmann
 
Du programme Fulbright au programme Leader. L’invention d’une internationale d’élites philo-américaines ?
par Frédéric Attal
Les internationales politiques de jeunes et d’étudiants face à l’internationalisme des années 1968
par Mathieu Dubois
L’internationale négationniste (1948-2015)
par Valérie Igounet et Pauline Picco
L’internationale des poseurs de bombes. Enjeux nationaux pour une guérilla globale
par Gilles Ferragu
Conclusion
par Jacques-Olivier Boudon
Pour en savoir plus : http://bit.ly/2r80jig

Lancement de Archives et Intimités

Le groupe de recherches Archives et Intimités qui s’est constitué cette année lance un appel aux chercheurs et chercheuses que les questions de l’intime et des archives personnelles intéressent.
Notre projet se compose deux volets d’actions indépendants que nous vous invitons à rejoindre.

1 – Depuis décembre dernier, le groupe de recherches est un espace de discussion où nous trouvons, doctorants et jeunes chercheurs en histoire moderne et contemporaine, un lieu de dialogue permettant la confrontation entre nos terrains. Les échanges autour de grands concepts historgraphiques et de l’exploitation de nos sources nous forcent à la réflexivité permanente. Il s’agit de mettre en commun à la fois nos efforts de quête et d’enquête. Le détail de nos actualités se trouvent sur le carnet du groupe : https://archivint.hypotheses.org/calendrier-actualites. Les portes du séminaire vous sont toutes ouvertes. Nous nous réunissons en Sorbonne au Centre d’Histoire du XIXe siècle, tous les deux mois.

2 – Le second pan de la réflexion s’intéresse à la manière de coaliser et faciliter les efforts de quête des documents de l’intime dans la communauté scientifique, mais aussi de favoriser les coopérations entre les chercheurs et les particuliers enclins à témoigner ou confier des archives. Tous les chercheurs qui travaillent avec des archives de l’intimité se heurtent à l’épineux problème de l’éparpillement des informations. Aussi voulons-nous, dans un premier temps, reconstituer un annuaire des chercheurs utilisant les archives de l’intime afin de faciliter les dialogues entre nous et de conjoindre nos efforts de recherches sur des sources similaires. Le but est donc d’organiser un réseau informel de discussion, notamment par le biais d’une mailing-list.

Si vous y trouvez un intérêt n’hésitez pas à :
– m’indiquer si vous êtes intéressés par l’un, l’autre ou les deux volets d’étude
– transmettre ce courrier à celles et ceux de vos collègues ou aux unités de recherche que vous croyez susceptibles d’être intéressés par l’initiative.

Claire-Lise Gaillard pour le groupe Archives et Intimités
Doctorante au Centre d’Histoire du XIXe siècle
c-lise.gaillard@laposte.net

Rencontre-Débat, « L’intelligence de la pauvreté

Les informations sur sur :

Présentation du dossier, par Marie Chessel, directrice de recherches au CNRS :

« Je fais la pauvre. Il faut mendier. Je suis habituée à demander. Je suis débrouillarde, c’est dans ma nature. J’ai trois frigos remplis. Et je sais dilater la moindre pièce d’argent, pour acheter beaucoup de choses avec peu ». Ainsi s’exprime Teresa dans une cité de Buenos Aires des années 2000. En 1914, Mme Duteil écrit au Préfet de la Seine pour récupérer gratuitement le pantalon et la jaquette de son mari déposés au Mont de Piété : ces vêtements du dimanche sont présentés comme des objets nécessaires contre le froid qui permettront aussi de se rendre à des funérailles. Ces deux exemples illustrent une certaine « intelligence de la pauvreté » : la manière dont des personnes disposant de peu d’argent arrivent à se débrouiller en jouant avec les représentations. Leurs pratiques diffèrent de l’image des « pauvres » véhiculée par les philanthropes, des patrons d’entreprise ou des catholiques sociaux qui proposent une autre « intelligence de la pauvreté », qui passe par différents outils. Les images de propagande, les écoles ménagères, les Annuaires de fournisseurs catholiques, les banques populaires ou les coopératives sont autant de moyens mis en place pour réformer des pratiques jugées peu rationnelles.

Le contraste entre des initiatives réformatrices et des pratiques quotidiennes est l’un des apports du numéro 164 de la revue Les Etudes sociales consacré à « l’intelligence de la pauvreté ». Les grand-mères argentines ou les ouvrières de 1900 font mentir  ceux qui pensent que les femmes gèrent mal les budgets des familles. Mais le numéro montre aussi l’articulation entre les pratiques de débrouille et les offres diverses d’assistance.

Ce dossier, qui articule des travaux en histoire et en sociologie sur la protection sociale et le crédit, contribue à l’histoire des enquêtes sur les budgets. Il permet de comparer des monographies leplaysiennes, des enquêtes fabriquées par les mines d’Anzin, par des philanthropes de Metz ou des réformateurs sociologues roumains. Ces enquêtes comprennent des dimensions normatives concernant la gestion de l’argent – qu’étudient par exemple les sociologues Ana Perrin-Hérédia ou Jeanne Lazarus. Elles nous donnent aussi à voir un quotidien à la fois difficile et intelligent.