Distinction

Elsa Génard, lauréate du Prix Joinet 2022 pour sa pour sa thèse intitulée “À la peine. Une histoire sociale des interactions carcérales (France, années 1910 – années 1930)”, réalisée sous la direction de Dominique Kalifa puis de Claire Zalc, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, 2021.

Appel à communication : “Les écrans de la délinquance juvénile”

Du 26 décembre 1966 au 2 janvier 1967 les septièmes Rencontres internationales du film pour la jeunesse, une manifestation hors du champ académique, avaient pour thème « Cinéma et délinquance juvénile ». Projections de films et exposés s’enchaînaient pour aborder les effets des images sur un phénomène aux fondements et aux contours difficiles à définir.

Lors des dernières décennies ce type d’approche, très mécaniques et souvent illusoires, a été battu en brèche. De nombreuses recherches en sciences humaines et en études cinématographiques et audiovisuelles ont participé à la légitimation de l’analyse des images animées dans une perspective d’histoire sociale et culturelle qui se soucie à la fois des discours sociaux (professionnels, hommes politiques, associations diverses…), des agencements formels et des modalités selon lesquelles les publics réagissent et s’approprient ces figures.

Dans la continuité de l’exposition « La Justice des enfants fait son cinéma », organisée en 2023 à Savigny-sur-Orge en partenariat avec l’École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), il nous a semblé important d’interroger à nouveaux frais les liens associant les images mobiles et sonorisées à la délinquance juvénile en mettant au cœur des préoccupations la notion plurielle de représentations et en élargissant le champ d’étude du cinéma à la télévision. En effet si la délinquance des mineurs constitue un objet juridique impliquant un arsenal législatif, des pratiques spécifiques et des acteurs sociaux (juges, éducateurs…), elle ne saurait s’y résumer. Parallèlement à une chronologie des formes de contrôle et de sanction ciblant les déviances juvéniles, s’est mis en place un imaginaire des jeunesses délinquantes, qui trouve son fondement dans la presse illustrée comme l’a étudié Dominique Kalifa dans L’Encre et le sang, au moment même où s’inventait le cinéma, la littérature et la presse de grande consommation.

Si, en même temps que la littérature et les articles de presse, les images fixes (des gravures aux reportages photographiques des magazines en passant par le photo-roman et la radio) ont contribué à dénoncer des situations (les bagnes d’enfant), à définir des normes comportementales, à forger des figures reconnues (le juge des enfants) et des stéréotypes sociaux (les mauvaises graines, les filles de mauvaise vie…), au fil des décennies, le cinéma puis le petit écran ont élaboré leurs propres fictions et reportages, lesquels constituent un formidable répertoire des représentations audiovisuelles d’une jeunesse dangereuse, et parfois en danger. Ces films comme ces magazines télévisuels ont connu une large diffusion au sein des sociétés, circulant souvent d’un pays à un autre. Ils ont non seulement témoigné, de la Belle époque à notre présent, des peurs sociales de leurs contemporains mais ils ont aussi fait réagir l’espace public et influencé les comportements, générant notamment de vifs débats au sujet des effets potentiellement néfastes de ces représentations.

Dans cette réflexion sur les représentations audiovisuelles de la jeunesse irrégulière, nous avons décidé ne pas établir de limites trop strictes. D’abord en termes de définition de la juvénilité et des classes d’âge qui s’y rattachent. L’âge des comédiens n’est pas toujours celui des personnages, qui n’est d’ailleurs pas forcément mentionné à l’écran. En outre les expressions publiques ciblant la délinquance juvénile concernent, quels que soient les espaces et les époques, bien souvent des spectateurs déjà majeurs ou à l’inverse pas encore adolescents. De même nous souhaitons aborder la question des délits de manière extensive, et pas seulement juridique. En effet, les figurations d’une jeunesse dangereuse ne se réfèrent pas toujours à un cadre législatif et la pratique de simples loisirs stigmatisés peut suffire à mettre ces jeunes symboliquement « hors-la-loi » et à alimenter les peurs de la société. En refusant d’enfermer la question des écrans de la délinquance juvénile dans des catégories trop figées nous espérons encourager les études consacrées justement aux problématiques liées aux constructions audiovisuelles de ces catégories et aux débats qu’elles suscitent.

Lire la suite https://centrehistoire19esiecle.pantheonsorbonne.fr/evenements/aac-colloque-ecrans-delinquance-juvenile

Distinction

Renaud Soler, lauréat 2022 des Prix Dezès  et du prix Mohammed Arkoun de la thèse d’islamologie pour sa thèse intitulée Une histoire de la sīra à l’époque ottomane (XVe-XIXe siècle). Production et formes de la manifestation du savoir historique sur la vie du prophète Muḥammad, préparée sous la direction de Catherine Mayeur-Jaouen, et soutenue à Sorbonne Université en novembre 2021.